Comment un professionnel peut devenir RGE (Reconnu garant de l'environnement) ?

Obtenir le label RGE (Reconnu Garant de l'Environnement) est une démarche importante pour tout professionnel souhaitant valoriser son expertise dans les domaines de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Ce processus implique le choix d'un organisme de qualification, la formation de l'équipe, ainsi que la préparation et la soumission d'un dossier de qualification. Ainsi, la certification RGE peut ouvrir de nouvelles opportunités, notamment en matière d'isolation et d'audit énergétique.

Qu'est-ce que le label RGE ?

Le label RGE, acronyme de Reconnu Garant de l'Environnement, est une certification nationale mise en place en 2011. Son objectif est de faciliter l'identification des entreprises qualifiées dans les travaux de rénovation énergétique et l'utilisation des énergies renouvelables. Ce label garantit le respect de critères de qualité stricts relatifs à l'efficacité énergétique des interventions. Il est attribué aux entreprises démontrant une expertise dans la mise en œuvre de solutions d'économie d'énergie et de développement de sources d'énergie renouvelable.

Le label RGE : un signe de qualité

Le label RGE est un gage de qualité pour les professionnels de la rénovation énergétique. Il assure aux clients que les travaux réalisés respectent des normes d'efficacité énergétique. Pour être reconnu RGE, un professionnel doit remplir plusieurs conditions, notamment :

  • Avoir les compétences nécessaires, validées par une formation initiale ou continue.
  • Choisir un signe de qualité RGE auprès d'un organisme de qualification comme Qualibat, Qualifelec ou CertiRénov.
  • Se conformer aux critères techniques et généraux définis par l'organisme de certification choisi.

Il est possible de choisir un signe de qualité RGE en fonction de son domaine d'activité, par exemple l'installation d'équipements utilisant les énergies renouvelables, l'isolation thermique, etc.

Obtenir le label RGE est un processus rigoureux qui nécessite une préparation minutieuse et une mise à jour continue des compétences. Il s'agit d'un investissement sur le long terme qui permet aux professionnels de se démarquer sur le marché de la rénovation énergétique.

Quels sont les avantages du label RGE ?

L'obtention du label RGE offre plusieurs avantages clés pour les professionnels du bâtiment.

  • Reconnaissance des compétences : Le label RGE atteste de vos compétences et de votre expertise en matière d'efficacité énergétique et d'énergies renouvelables. Il valorise votre savoir-faire et renforce votre crédibilité auprès de vos clients.
  • Accès aux aides publiques : Seuls les professionnels RGE peuvent réaliser des travaux de rénovation énergétique qui ouvrent droit à des aides financières pour leurs clients. Cela inclut notamment les Certificats d'économie d'énergie (CEE), un dispositif de financement privé encadré par l'État.
  • Meilleure visibilité : En tant que professionnel RGE, vous êtes référencé sur les sites listant les professionnels RGE que les particuliers consultent pour trouver le professionnel adéquat. Cela accroît votre visibilité et peut vous aider à obtenir de nouveaux chantiers.
  • Démarche qualité : Le label RGE s'inscrit dans une démarche qualité pour répondre à la demande des particuliers tout en bénéficiant d'un accompagnement personnalisé. En vous engageant dans cette démarche, vous démontrez votre engagement envers des pratiques respectueuses de l'environnement.

Les critères pour devenir RGE

Les qualifications nécessaires pour devenir RGE

Pour obtenir le label RGE, le professionnel doit avant tout obtenir une ou plusieurs qualifications RGE correspondant à son domaine d'activité. Ces qualifications sont délivrées par des organismes tels que Qualibat, Qualit'EnR et Qualifelec. Il existe de nombreuses qualifications RGE, parmi lesquelles :

  • QualiPV : pour l’installation de panneaux photovoltaïques.
  • QualiSol : pour les installations solaires thermiques.
  • QualiBois : pour les systèmes de chauffage fonctionnant au bois.
  • QualiPAC : pour les pompes à chaleur.

Il est donc crucial de choisir la ou les qualifications correspondant à son champ d'activité. Le professionnel doit aussi remplir divers critères généraux et techniques vérifiés par ces organismes de qualification.

La formation requise pour obtenir le label RGE

Pour obtenir le label RGE, il est primordial de suivre une formation spécifique. Celle-ci peut être dispensée par plusieurs organismes agréés comme FEEBAT (Formation aux économies d'énergie des entreprises et artisans du bâtiment). Les formations proposées couvrent divers domaines liés à l'éco-construction et à l'efficacité énergétique. Le choix de la formation dépend de l'activité du professionnel. Par exemple, pour l'isolation, il est recommandé de suivre une formation FEE Bat.

La durée des formations varie en fonction du module choisi. Par exemple, la formation FEEBAT RENOVE, destinée aux artisans et entreprises du bâtiment souhaitant se spécialiser dans la rénovation énergétique, dure généralement 3 jours.

Notez que :

  • La formation est obligatoire pour obtenir le label RGE.
  • La réussite à la formation est validée par un examen et/ou un contrôle continu.
  • Certaines conditions peuvent donner droit à une prise en charge partielle du coût de la formation.

L'importance de l'audit énergétique dans la certification RGE

L'audit énergétique joue un rôle essentiel dans la certification RGE. Il s'agit d'une analyse détaillée de la performance énergétique d'un bâtiment, permettant d'identifier les points de déperdition thermique et les équipements énergivores. Devenir auditeur énergétique RGE requiert une compréhension des normes thermiques en vigueur et une capacité à proposer des solutions pour améliorer l'efficacité énergétique. Cela inclut l'optimisation de l'isolation, le choix de systèmes de chauffage performants, ou encore l'installation d'énergies renouvelables. En outre, l'audit énergétique est souvent un prérequis pour l'obtention de certaines aides financières, réservées aux travaux réalisés par un professionnel RGE.

Le processus d'obtention du label RGE

Choisir un organisme de qualification et de certification

La sélection de l'organisme de qualification et de certification est une étape cruciale dans le processus d'obtention du label RGE. Les organismes tels que Qualibat, Qualit’ENR, Qualifelec, Certibat et Cerqual sont habilités à délivrer le label RGE. Chacun de ces organismes a passé une convention avec l'État et est accrédité par le Comité Français d’accréditation (COFRAC).

Il est essentiel de choisir l'organisme qui correspond le mieux à votre domaine d'activité et aux qualifications que vous recherchez. Par exemple, Qualibat est souvent choisi pour l'ensemble des métiers du bâtiment, tandis que Qualit’ENR est prisé pour les travaux de rénovation énergétique ou l'installation d'équipements utilisant des énergies renouvelables.

Chaque organisme a ses propres critères d'évaluation et de qualification. Il pourrait donc être bénéfique de se renseigner sur les spécificités de chacun avant de faire un choix.

Comment monter un dossier de qualification RGE

Pour monter un dossier de qualification RGE, plusieurs étapes sont nécessaires. La première consiste à choisir la qualification correspondant à votre activité. C'est essentiel, car votre dossier sera évalué en fonction des critères spécifiques à cette qualification.

Ensuite, vous devez rassembler les documents nécessaires pour votre dossier. Ceux-ci peuvent inclure des preuves de votre expertise et de vos compétences, comme des attestations de formation ou des exemples de travaux réalisés.

Enfin, vous devez déposer votre dossier auprès de l'organisme choisi. Le coût varie en fonction de la qualification choisie et de l'organisme. Une fois le dossier déposé, il sera évalué par une commission indépendante qui décidera de l'attribution de la qualification RGE.

Maintenir sa qualification RGE

Suivre les normes et réglementations en vigueur

Pour respecter les normes et réglementations et maintenir sa qualification RGE, le professionnel doit se tenir informé et se conformer à la norme NF X50-091 ou équivalente. Cette norme concerne les exigences générales relatives aux organismes de qualification de fournisseurs. Elle porte sur la capacité technique, les moyens et compétences d'une entreprise.

Il est également nécessaire de suivre l'évolution des qualifications et certificats RGE établies par l’Ademe. En effet, ces dernières peuvent être modifiées dans le but de renforcer les critères de qualification et de lutter contre les entreprises délinquantes.

Un autre point clé est de respecter les nouvelles exigences liées au label RGE, qui peuvent inclure des contrôles de chantiers renforcés.

Il est à noter que le respect de ces normes et réglementations est vérifié de manière régulière à travers des audits. 

Réussir les contrôles de chantiers pour conserver son label RGE

Pour conserver votre label RGE, la réussite des contrôles de chantiers est primordiale. Ces contrôles, renforcés depuis le 1er janvier 2021, impliquent une analyse détaillée de chaque type de travaux effectués. Il est donc crucial de vous familiariser avec les grilles d'éléments contrôlés communes à tous les organismes de qualification.

Points clés à retenir :

  • Respecter les règles de l'art et les normes en vigueur sur chaque chantier.
  • Veiller à la conformité de vos réalisations en fonction des critères légaux et techniques.
  • Conserver des preuves de la qualité de vos travaux, notamment pour les chantiers datant de moins de 24 mois.

Le coût de la certification RGE

Combien coûte une formation RGE ?

Le coût de la formation RGE varie en fonction du type de formation et de l'organisme qui la dispense. Généralement, le tarif oscille entre 240 € et 1 500 €. Par exemple, la formation Eco artisan peut coûter entre 240 € et 500 € par an sur quatre ans, en plus du prix d'achat du logiciel, qui est compris entre 280 € et 450 €.

Les formations RGE Qualit’ENR sont plus chères, avec un prix allant de 900€ à 1500€ et au-delà. La formation FEEBAT RENOVE est proposée à un tarif de 660 € HT par certains organismes.

Il est important de noter que ces tarifs sont donnés à titre indicatif et peuvent varier. Il est donc conseillé de se renseigner directement auprès de l'organisme de formation choisi pour obtenir une estimation précise du coût. 

Les aides financières pour devenir RGE

Devenir RGE n'est pas seulement un investissement en temps et en formation, mais peut également représenter un coût financier non négligeable. Heureusement, il existe plusieurs aides financières disponibles pour aider les professionnels à obtenir cette certification.

  • MaPrimeRenov' Pro : Subvention destinée aux professionnels du bâtiment qui souhaitent se former aux techniques de rénovation énergétique. Elle peut couvrir jusqu'à 70% des coûts de la formation.
  • Fonds de formation professionnelle : De nombreux organismes de formation permettent de financer une partie ou la totalité des coûts de formation grâce à ces fonds.
  • Crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) : Cette aide fiscale peut être utilisée pour financer les travaux de rénovation énergétique réalisés par un professionnel RGE.
  • Eco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ) : Ce prêt sans intérêt peut aider à financer les travaux de rénovation énergétique effectués par un professionnel RGE.

ARTICLE PLUS ANCIEN